La condamnation de Rios Montt, «une victoire pour l’avenir du Guatemala»

L’ancien dictateur guatémaltèque José Efrain Rios Montt a été jugé coupable de génocide et crimes contre l’humanité pour la mort de 1 771 indiens et condamné le 10 mai à 80 ans de prison. Almudena Bernabeu, membre de l’équipe de juristes qui a obtenu la condamnation, explique à Lucia El Asri d’infoLibre la portée de cette sentence historique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Almudena Bernabeu répond à infoLibre depuis San Francisco (États-Unis), où elle réside. Le génocidaire Rios Montt est en prison et l’événement est de taille. Pour l’équipe de juristes dont elle fait partie, c’est la fin d’un long processus, le résultat d’années d’efforts pour obtenir que justice soit faite.  

Que signifie cette condamnation pour le droit international ?
Almudena Bernabeu. La condamnation est très importante pour élargir le droit international et les droits de l’homme puisqu’elle a été prononcée par un tribunal national. Le Guatemala a utilisé sa propre justice pour juger son propre dictateur, ce qui est historique, sans aucun doute.