A Washington, l'école publique en sursis

Par

À Washington où les fermetures d'écoles publiques se multiplient, un collectif d'habitants attaque la ville pour discrimination arguant que cette politique touche exclusivement les établissements fréquentés par les Noirs et les Latinos. Au-delà, ces habitants décrivent une école publique qui vacille, concurrencée par les “charters schools”, ces écoles semi-privées défendues par l'administration Obama.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Leur chance de gagner est mince mais c’est de toute façon le dernier recours. Le procès qui a débuté ce 10 mai devant la Cour fédérale de Washington est décisif pour ces habitants des quartiers majoritairement noirs de la capitale où quinze écoles publiques doivent fermer l’an prochain. Un plan de réorganisation qui s’inscrit dans le cadre d’une politique entamée en 2008, à l’image de ce qui s’est également fait à New York, Chicago ou Los Angeles et qui consiste à rayer de la carte les établissements scolaires jugés peu performants. Radical. Ces cinq dernières années, plus d’une vingtaine d’écoles publiques ont déjà été fermées dans la capitale américaine. Résultats insuffisants, fréquentation trop faible, ces écoles situées dans les quartiers les plus défavorisés de la ville sont déclarées en faillite et sont ainsi contraintes de baisser le rideau. Leurs élèves étant alors dispersés sur les autres écoles du secteur, parfois à plusieurs kilomètres.