L'Europe doit faire 3 fois plus d’économies d’énergie

Par
Si l'Europe veut respecter ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, elle devra accentuer ses efforts, met en garde un rapport de l'European climate foundation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La crise économique depuis 2008 a eu au moins un effet positif: la réduction des émissions européennes de gaz à effet de serre. Le niveau d'activité et le rejet de CO2 dans l'atmosphère sont si liés que l'on estime qu'une large partie de la baisse de 4,5% des émanations de carbone en France entre 2008 et 2009 s'explique par la récession.
Cette «bonne» nouvelle sur le front de la lutte contre le changement climatique devrait permettre à l'Union européenne de respecter son objectif de diminuer de 20% ses émissions en 2020. Elle est aussi aidée en cela par le ralentissement industriel des anciens pays de l'Est depuis la chute du Mur (retrouver ici notre article précédent).
Mais cette tendance masque aussi une mauvaise nouvelle : l'Europe est très loin d'améliorer son efficacité énergétique, c'est-à-dire sa capacité à réduire la consommation d'énergie nécessaire à la production des mêmes biens et services. Elle est si en retard qu'il va lui falloir réaliser trois fois plus d'économies d'énergie pour respecter les buts qu'elle s'est elle-même fixés dans le «paquet énergie climat», cet ensemble de directives adopté en fin de présidence française de l'Union, en 2008.