La Syrie sous l'offensive croisée de la Turquie et de la Ligue arabe

Par

La décision de la Ligue arabe de suspendre Damas de ses travaux a été largement saluée. La Turquie compte elle aussi faire pression. Mais face à un régime intransigeant et une Ligue désunie, une guerre d'usure se dessine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Bravo à la Ligue arabe », « Merci à l’Arabie saoudite pour sa position de soutien », « Et maintenant, en route pour le Conseil de sécurité » ! Les messages se sont multipliés à la suite de l’annonce, samedi soir par la Ligue arabe, de la suspension de la Syrie des travaux de l’enceinte arabe. Peu habitués à ce que la Ligue arabe prenne l’initiative, les opposants syriens ont accueilli avec euphorie cette prise de position. La conférence de presse de la Ligue arabe samedi :