Martin Schulz: «Un fossé chaque jour plus profond se creuse avec la Turquie»

Par

« Il faut maintenir la coopération » avec Ankara sur les réfugiés, estime le président du parlement européen. L’Allemand, possible candidat à sa réélection en janvier, évoque également un Tafta en « stand-by » après la victoire de Trump et tire les leçons de l’affaire Barroso.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le quartier européen de Bruxelles, les spéculations vont bon train depuis un an. Martin Schulz va-t-il se représenter, en janvier 2017, pour rempiler à la tête du parlement européen, qu'il dirige depuis bientôt cinq ans ? Ou le social-démocrate allemand, 60 ans, va-t-il quitter Bruxelles à mi-mandat, pour conduire la campagne du SPD, contre la CDU d'Angela Merkel, aux législatives d'octobre 2017 ?