« Cette conférence est une imposture, une arnaque palestinienne sous les auspices de la France, dans le but d’adopter de nouvelles positions anti-israéliennes » : c’est en ces termes, assez peu diplomatiques, que le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a dénoncé jeudi 12 janvier la Conférence pour la paix au Proche-Orient, organisée ce dimanche 15 à Paris. Tout aussi diplomate et mesuré dans son expression, son ministre de la défense, Avigdor Lieberman, ancien videur de boîte de nuit, considère, pour sa part, cette réunion comme un « nouveau procès Dreyfus » et invite les juifs de France à quitter ce pays qui « n’est pas leur terre ».