Kurdes assassinées à Paris: à la recherche du mobile (1/2)

Par

Qui a tué les trois militantes du PKK le 9 janvier à Paris ? Un chauffeur est mis en examen, mais les enjeux géopolitiques (avec la Syrie et l'Iran en toile de fond) ou internes à la guérilla kurde (des négociations sont en cours avec le gouvernement turc) ne peuvent être exclus. Premier volet de notre enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qui a tué Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leila Soylemez, les trois militantes de la guérilla kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), liquidées au calibre 7.65, le 9 janvier, dans les locaux du Centre d’information du Kurdistan (CIK), au 147 de la rue Lafayette, à Paris ? Plus d’un mois après les faits, le mystère reste entier. Il s’obscurcit même un peu plus chaque jour, au fur et à mesure que les camps turc et kurde s’affrontent par presse interposée.