Sécurité nucléaire: «On n'avance que lorsqu'il y a des pépins»

Par et

Jacques Repussard, directeur général de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, livre ses réflexions sur la catastrophe de Fukushima.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Polytechnicien, diplômé de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées et ingénieur des Mines, Jacques Repussard est depuis mars 2003 le directeur général de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), premier organisme français d'expertise dans le domaine du risque nucléaire. De 1986 à 1991, il a été directeur général adjoint de l'Association française de normalisation (Afnor) avant de diriger le Comité européen de normalisation ; en 1997, il devient directeur général adjoint de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris). Pour Mediapart, ce spécialiste du risque industriel livre ses réflexions sur l'accident de Fukushima et la sûreté nucléaire.