Venezuela : Maduro gagne la présidentielle, Capriles refuse la défaite

Par

Le candidat chaviste Nicolas Maduro a gagné l'élection présidentielle avec 50,6 % des voix. Henrique Capriles refuse de reconnaître le résultat tant que les bulletins n'auront pas été recomptés.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le candidat chaviste Nicolas Maduro a emporté l’élection présidentielle organisée dimanche 14 avril au Venezuela. Le Conseil national électoral (CNE) a proclamé sa victoire avec 50,6 % des suffrages, une courte avance sur son opposant Henrique Capriles, qui a refusé de reconnaître le résultat « tant que tous les bulletins n’auront pas été recomptés ».

Nicolás Maduro conmemorando el regreso al poder de Chávez en el 2002 el día anterior a las elecciones. © Carlos Garcia Rawlins/Reuters Nicolás Maduro conmemorando el regreso al poder de Chávez en el 2002 el día anterior a las elecciones. © Carlos Garcia Rawlins/Reuters

 

Le CNE a annoncé ce résultat portant sur 99 % des bulletins dépouillés à 23 h 30, heure locale (6 heures à Paris lundi). Maduro a obtenu 7 505 338 voix (50,66 %) et Capriles 7 270 403 (49,07 %). Soit une différence de 234 935 voix que la porte-parole de l’organe de contrôle des élections a qualifiée d’« irréversible ». Le taux de participation a atteint 78,7 %, un chiffre élevé proche de celui enregistré à la présidentielle d’octobre 2012 emportée par Hugo Chávez, décédé le 5 mars.

Quelques minutes après la proclamation de sa victoire, Maduro a prononcé un discours depuis le balcon du palais présidentiel de Miraflores. Après avoir évoqué un « triomphe électoral juste, légal et constitutionnel », le Président par intérim tout juste élu a affirmé que ces résultats signifient que Chávez reste « invaincu ». « C’est la première fois que le géant n’est pas candidat, mais il a laissé son fils et son fils va être président pour construire la patrie », a-t-il déclaré, selon Europa Press. Maduro a confié qu’il avait eu un entretien avec Capriles et que ce dernier lui avait proposé un audit des résultats. Le candidat élu a demandé à son opposant de reconnaître sa défaite et de ne pas imposer des semaines de tension au pays. Il a aussi reconnu avoir donné ordre à l’armée de maintenir « la paix ».

De fait, Vicente Díaz, l’un des cinq membres du CNE par ailleurs lié à la candidature de Capriles, a demandé un audit sur la totalité des bulletins de vote.

Comptes piratés

La journée électorale s’est déroulée normalement mais la tension est montée à la fermeture des bureaux de vote. Tout d’abord, des hackers ont pris le contrôle des comptes Twitter de Nicolas Maduro et du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV). Ils ont annoncé leur action sur le compte @LulzSecPeru en ces termes : « C’est un plaisir d’annoncer que nous avons pris le contrôle du système informatique d’un pays. »

Quelques minutes plus tard, le réseau Internet est tombé dans tout le pays, selon des sources de l’opposition. Le vice-président Jorge Arreaza a reconnu que des hackers avaient tenté de s’introduire dans le site du CNE, chargé du recomptage.

Bien que les affiches de Nicolas Maduro comme d’Henrique Capriles appelaient à respecter le résultat de l’élection, la tension est encore montée quand le candidat de l’opposition a accusé le camp officiel d’essayer de manipuler les résultats. « Nous prévenons le pays et le monde d’une intention manifeste de vouloir changer le souhait exprimé par le peuple », a dénoncé Capriles. 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale