DSK: le jour où tout a basculé

Le patron du FMI et candidat putatif à la primaire socialiste en France est sorti du commissariat à 5 heures du matin, menotté, sans précision sur sa destination. La police a procédé à des prélèvements d'ADN. Ses avocats ont annoncé qu'il plaiderait non coupable et qu'il nierait les faits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La nouvelle, révélée par le site Web du tabloïd New York Post, n'est pas une «boule puante». C'est une bombe qui, si la gravité des faits est confirmée, va bouleverser le paysage de la présidentielle française, ébranle déjà le Parti socialiste et déstabilise aussi l'institution financière internationale. Samedi 14 mai, à 16 h 45, Dominique Strauss-Kahn a été débarqué par les inspecteurs en civil de l'autorité aéroportuaire de New York et du New Jersey de l'avion d'Air France qui s'apprêtait à décoller pour Paris quelques minutes plus tard, à l'aéroport JFK, à New York. Transféré dans un commissariat de Harlem, il a été entendu, placé en garde à vue et inculpé.