Asie du Sud-Est : des centaines de réfugiés en perdition en mer

Par

Depuis plusieurs jours, des centaines de réfugiés, pour la plupart des Rohingyas, minorité musulmane originaire de Birmanie et du Bangladesh, voguent à la dérive en mer d’Andaman, fuyant les discriminations et les violences. Les Rohingyas sont considérés comme l’une des minorités les plus persécutées du monde par l'ONU. En 2013, Mediapart a réalisé un reportage en Birmanie permettant de mieux comprendre leur exil.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ONU évoque un « désastre humanitaire ». Depuis plusieurs jours, des centaines de réfugiés, pour la plupart des Rohingyas, minorité musulmane originaire de Birmanie et du Bangladesh, voguent à la dérive en mer d’Andaman, dans le nord-est de l’océan Indien, fuyant les discriminations et les violences dont ils sont victimes dans leur pays. Les embarcations sur lesquelles ils naviguent sont en piteux état. L’une d’entre elles, transportant environ 300 de ces exilés, amaigris, assoiffés et affamés, a été vue, jeudi 14 mai, au large de la Thaïlande. « S’il vous plaît, aidez-nous ! », ont lancé les passagers à des journalistes de l’AFP sur un bateau à proximité. « Environ 10 personnes sont mortes au cours du voyage. Nous avons jeté leurs corps dans l’eau », a hurlé l’un d’eux. « Nous sommes en mer depuis deux mois. Nous voulons aller en Malaisie mais nous n'avons pas réussi à atteindre le pays », a-t-il ajouté.