Sous pression des marchés, Macri tente de reconquérir les Argentins

Par

Depuis dimanche, le président argentin, largement devancé lors des primaires, est sous pression politique et financière. Pour tenter d’endiguer la chute du peso et sa chute électorale, Mauricio Macri a annoncé une hausse du salaire minimum, des réductions d’impôt, des aides pour les petites entreprises, et appelle au secours l’opposition.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Buenos Aires (Argentine), correspondance.– Loin du discours de mauvais perdant qu’il avait tenu deux jours plus tôt, c’est un Mauricio Macri conciliateur qui s’est adressé aux Argentins mercredi 14 août. Invoquant sa fatigue et sa déception face aux résultats obtenus aux primaires de dimanche dernier, le président argentin de droite s’est excusé d’avoir insinué que l’effondrement du peso et de la bourse argentine était dû au vote pour le candidat de l’opposition Alberto Fernández – qui se présente aux élections en tandem avec l’ex-présidente Cristina Kirchner qui postule au poste de vice-présidente.