Zone euro: les projets français de réforme peinent à trouver des soutiens en Europe

Par

Depuis son élection, Emmanuel Macron a fait de la refondation de la zone euro une priorité. Mais il peine à gagner des soutiens auprès des autres membres. Le président de la Commission européenne a proposé de faire adopter l’euro dans toute l’Union et de donner les pouvoirs budgétaires à la Commission. Angela Merkel, en campagne, ne dit rien. Mais son ministre des finances parle pour elle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’occasion à ne pas rater. Pour l’Élysée, les Européens bénéficient d’une période unique, deux ans avant les élections européennes, pour relancer la construction économique et financière de la zone euro et pousser plus loin l’intégration. C’est ce qu’a répété le premier ministre Édouard Philippe lors d’une rencontre avec Angela Merkel à Berlin, tout comme le ministre français des finances, Bruno Le Maire, lors de la réunion de l’Eurogroupe à Tallinn (Estonie) le 15 septembre, en préambule des discussions sur la nouvelle architecture de l’Eurozone, censées débuter au lendemain des élections législatives du 24 septembre.