A Madrid, la COP25 se termine dans le brouillard

Par

Le sommet annuel de l’ONU sur le climat s’est achevé dimanche midi dans une ambiance morose. La déclaration finale témoigne de la faible ambition des pays à combattre la crise climatique et à mettre en place un marché carbone mondial. Les pays vulnérables se sont heurtés au mur des plus grands pollueurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche matin, l’ultime plénière de la COP25, qui, organisée par le Chili, s’est finalement tenue à Madrid, démarre peu après 9 heures, retransmise en direct sur le site de l’ONU. Le sommet annuel de l’ONU sur le climat aurait dû se terminer vendredi soir, mais l’incapacité des États de s’entendre a entraîné de longues prolongations – c’est d’ailleurs la COP la plus longue depuis 25 ans. Les têtes sont fatiguées. Peu de sourires sont visibles à l’écran, et les cravates, quand il y en a, sont de travers. Une demi-heure après le début de la retransmission, la tribune est désespérément vide…