Victimes de discrimination, les Roms interpellent Bruxelles

Par
Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a été interpellé mardi 16 septembre lors d’une conférence à Bruxelles, dans un contexte tendu, par la communauté rom au sujet des discriminations qu’elle rencontre. Il y a deux semaines l’institution européenne a en effet choisi d’avaliser le recensement controversé choisi par le gouvernement italien, que beaucoup considèrent comme un fichage ethnique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Furieuses de l'aval donné par le commissaire européen, Jacques Barrot, au fichage des membres de leur communauté en Italie, les associations roms ont clairement signifié, mardi 16 septembre, aux représentants de l’Union européenne à Bruxelles leur colère. «Le fichage ethnique devrait être illégal et j'espère que la Cour européenne de justice établira ce fait», a accusé George Soros, usant de toute sa renommée pour défendre la cause rom. Le financier d’origine hongroise qui défend de longue date leurs droits en Europe craint que ce permis de ficher ne devienne «une norme de facto dans l'Union européenne».