En guerre contre les procureurs, le président sud-coréen dans la tourmente

Par

L’entrée en fonctions d’un ministre de la justice soupçonné de corruption met la Corée du Sud en ébullition. Cette nomination controversée cache un conflit grandissant entre la présidence et le puissant bureau des procureurs. Une bataille de plus pour le président Moon Jae-in qui traverse une bien mauvaise passe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Séoul (Corée du Sud), correspondance.– Moon Jae-in n’a pas failli à sa réputation d’opiniâtreté. Lundi 9 septembre, le président sud-coréen a désigné son ancien conseiller Cho Kuk au poste de ministre de la justice, en dépit des nombreuses accusations de corruption qui visent M. Cho et sa famille et malgré les vociférations de l’opposition conservatrice. Histoire d’enfoncer le clou, M. Moon a invité les télévisions à diffuser en direct la cérémonie d’investiture, un geste très inhabituel.