Affaire Khashoggi: la nouvelle stratégie saoudienne de la faute avouée à moitié pardonnée

Après deux semaines de mensonges sur le sort du journaliste « disparu » à Istanbul, Riyad s’apprête à admettre une bavure. Ce qui soulagera les businessmen et les alliés de l’Arabie saoudite, États-Unis et France en tête, qui renâclent à critiquer la dictature saoudienne.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Faute avouée à moitié pardonnée. » Voici la position à laquelle les dirigeants saoudiens semblent s’être convertis après deux semaines de dénégations et de mensonges concernant la disparition, et l’assassinat probable, du journaliste Jamal Khashoggi dans leur propre consulat à Istanbul. La nouvelle stratégie saoudienne s’est amorcée lundi 15 octobre dans la journée à Washington.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal