Egypte: la réforme à marche forcée de la Constitution aggrave la dérive autocratique

Par

En Égypte, le président Sissi prépare depuis plusieurs mois une révision constitutionnelle afin de rester au pouvoir au moins jusqu'en 2030. Mardi 16 avril, le Parlement égyptien, mis au pas, a validé cette perspective dans un silence international assourdissant. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je pense qu'il fait un très bon travail », « un travail fantastique », « un travail formidable ». C’est en ces termes laudateurs que le président américain Donald Trump a salué la semaine dernière le dirigeant d’un des pires régimes de la planète, autoritaire, dictatorial : le maréchal Abdel Fattah al-Sissi. C'est la deuxième fois que Trump recevait à la Maison Blanche celui que son prédécesseur Barack Obama n'avait jamais invité.