Morts à Gaza, défaite d’Israël

Par

C’est sans doute paradoxal, mais le massacre des manifestants désarmés à Gaza symbolise l’affaiblissement d’Israël face à une nouvelle génération de Palestiniens qui met en avant la non-violence, le boycott et la solution d’un État unique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plus de 60 morts et 2 400 blessés. L’atroce bilan du nombre de Gazaouis tués par l’armée israélienne en une dizaine d’heures s’est répercuté au travers de la planète comme une onde de choc. Et pas seulement parce qu’au même moment, les écrans de télévision étaient partagés entre ce froid massacre et la retransmission de l’inauguration de la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem, avec “Javanka” Trump et Benjamin Netanyahou en MC sanglants concentrés sur la perpétuation du thé dansant alors que leur navire percute un iceberg.