Le «tahrib», la migration qui meurtrit le Somaliland

Par

Depuis le début des années 2000, les jeunes Somalilandais partent en nombre vers l’Europe. Leurrés par des trafiquants qui leur proposent de passer les frontières gratuitement, ils sont ensuite pris en otage au Soudan et en Libye. Une tragédie pour la société de ce petit pays non reconnu du nord de la Somalie, qui tente de retenir ses jeunes à tout prix.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale au Somaliland.– Cela fait des mois que Khadra Hassan se réveille en sursaut, à chaque vibration de son téléphone. Des mois que cette veuve au corps fragile reste les yeux fixés sur l’écran. Espérant un appel, le redoutant à la fois.