Theresa May, le pari de l'intransigeance

Par

En dépit de la défaite d’ampleur historique subie mardi à la Chambre des communes, la première ministre britannique ne donne aucun signe de vouloir changer de méthode pour sortir le Brexit de l’impasse où il se trouve.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres (Royaume-Uni), correspondance.– Theresa May n’est pas une femme de compromis. Elle ne l’a jamais été. L’extraordinaire inflexibilité de la leader conservatrice est légendaire à Westminster. En tant que ministre de l’intérieur de David Cameron, entre 2010 et 2016, celle qui occupait alors son premier poste ministériel avait pris l’habitude d’aller régulièrement au clash avec ses collègues du gouvernement. Depuis son arrivée au sommet du pouvoir en juillet 2016, Theresa May est allée plus loin : son intransigeance tient lieu de politique.