Comment le FBI a fermé les yeux sur la haine suprémaciste

Par

Charlottesville, Pittsburgh, El Paso, etc. Les meurtres et les attentats commis par des suprémacistes blancs sont désormais la première menace sécuritaire aux États-Unis, selon le FBI. Un aveu tardif. Après le 11-Septembre, le bureau fédéral de lutte contre le crime a longtemps refusé d’authentifier la menace.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis) de notre correspondant.– No offense, comme on dit en anglais, mais Mike German a vraiment la gueule de l’emploi. Sa mâchoire puissante et sa carrure massive devaient faire une bonne couverture. L’homme que j’ai rencontré un jour d’automne dans le hall d’un hôtel du quartier financier de Manhattan a passé des années à infiltrer les groupes racistes.