Espagne: les sympathisants de Podemos rejettent l’accord PSOE-Ciudadanos

Plus de 88 % des 115 000 participants à la consultation organisée par Podemos ont rejeté l’accord de gouvernement négocié entre les socialistes du PSOE et les libéraux de Ciudadanos. En l’absence d’une coalition crédible d’ici au 2 mai, les Espagnols devront retourner aux urnes.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le score est sans appel, et c’était attendu : 88 % des 115 000 personnes qui ont participé à la consultation organisée par Podemos en fin de semaine dernière ont exprimé leur opposition à ce que le mouvement anti-austérité de Pablo Iglesias soutienne (en votant pour, ou en s’abstenant) le pacte conclu entre le PSOE (les socialistes) et Ciudadanos (centre droit) en vue de former un exécutif. À l’inverse, près de 92 % d’entre eux ont soutenu la constitution d’un gouvernement calqué sur celui qui existe déjà dans la région de Valence, qui inclut le PSOE, Podemos, les communistes d’Izquierda Unida (IU), aux côtés d’autres formations régionales de la gauche alternative. Mais il est difficile d’imaginer, si l’on s’en tient aux résultats des législatives du 20 décembre, comment cet hypothétique « gouvernement des gauches » pourrait obtenir une majorité au sein du Congrès des députés.
« Nous gardons la main tendue, et nous restons prêts à négocier un gouvernement de changement [c’est-à-dire une alliance avec le PSOE – ndlr]. Le chemin qu’a emprunté le PSOE jusqu’à présent me laisse un peu sceptique, mais j’ai espoir qu’il corrige le cap », a déclaré Pablo Echenique, le nouveau secrétaire à l’organisation de Podemos, lors d’une conférence lundi midi à Saragosse (Aragon), après avoir dévoilé les résultats du scrutin. De son côté, Pablo Iglesias a jugé sur Twitter que « le PSOE devrait désormais consulter sa base sur notre proposition ». Dans une lettre à l'adresse du socialiste Pedro Sanchez, publiée peu après les résultats, deux proches d'Iglesias assurent qu'« il est encore temps » de conclure cet accord entre les gauches espagnoles.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Écologie
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
États-Unis — Note de veille
par La rédaction de Mediapart
Fiscalité — Parti pris
par Martine Orange
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul