Affaire Selmayr: les eurodéputés évitent le choc avec la commission

Par

La promotion éclair du conservateur allemand Martin Selmayr au sein de la commission européenne peut être considérée comme un « coup de force », se sont indignés les eurodéputés mercredi 18 avril. Mais ils ne sont pas allés jusqu’à exiger la démission immédiate de l’intéressé. La commission continue, elle, de faire la sourde oreille.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme souvent, le Parlement européen a commencé par ruer dans les brancards lorsque l’affaire a éclaté. Puis il a arrondi les angles sous la pression, pour épargner à l’Europe une crise politique qui risquerait de la fissurer davantage. Les eurodéputés réunis mercredi 18 avril à Strasbourg ont adopté une résolution qui condamne sans détour la promotion éclair d’un proche de Jean-Claude Juncker au poste de secrétaire général de la commission européenne. Mais ils se sont abstenus d’exiger la démission du principal intéressé, le juriste allemand Martin Selmayr, 47 ans, qui a donné son nom au désormais fameux « Selmayrgate » à Bruxelles.