Procès d'un enfant-soldat: Bush passe, sa justice militaire reste

Par
Guantanamo devait définitivement fermer «le 22 janvier 2010», du moins Barack Obama s'y était-il engagé. Nous sommes en août 2010, et le camp est toujours là. Pis: avec le procès de l'ancien enfant-soldat Omar Khadr, la justice d'exception à l'américaine prend une nouvelle dimension.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Omar Khadr avait 15 ans lors de son arrestation. A la suite d'une bataille en Afghanistan à l'été 2002, les forces occidentales l'ont retrouvé éborgné, grièvement blessé. Après plusieurs opérations chirurgicales et un bref séjour à la base militaire de Bagram, il a passé les huit années suivantes en captivité à Guantanamo. Désormais, à 23 ans, le plus jeune détenu de l'île attend son jugement par le premier tribunal d'exception depuis la fin de l'ère Bush. «A jamais, nous nous souviendrons que l'administration Obama a relancé les commissions militaires avec le cas d'un enfant-soldat», clame haut et fort l'unique avocat du jeune homme, le lieutenant-colonel Jon Jackson.