Un an après les premières révoltes, les Libanais peinent à trouver une issue politique

Par Nada Maucourant Atallah

Les Libanais célébraient, hier, la première année du soulèvement qui avait mobilisé des centaines de milliers de personnes pour dénoncer un système corrompu. Alors que le pays est aujourd'hui au bord de l’effondrement, la situation ne saurait être plus différente.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban).– Le 17 octobre 2019, des centaines de milliers de Libanais protestaient dans tout le pays pour dénoncer la corruption de la classe politique ainsi que son incurie face à la rapide dégradation de la situation économique. Ces manifestations, inédites par leur ampleur, avaient réussi en moins de deux semaines à faire tomber le gouvernement de Saad Hariri, le premier ministre alors en place.