Aux Etats-Unis, les démocrates reprennent espoir

Par

Rassurés par de récentes victoires, certains démocrates américains rêvent de reprendre le Congrès d’ici un an en surfant sur le rejet de Donald Trump. Mais le parti, qui compte aussi peu d’élus que dans les années 1920, commence tout juste à se remettre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– Teddy Goff a dressé le buffet – fromage, petites bouchées et poulet frit –, rempli le frigo de bouteilles de vin. Le jeune trentenaire en jean et baskets reçoit ce soir une soixantaine de démocrates new-yorkais de tous âges dans son élégant appartement de Manhattan. Les verres se remplissent vite, il y a enfin quelque chose à fêter : la veille, Doug Jones est devenu sénateur de l’Alabama face à Roy Moore, un candidat ultraréactionnaire, évangélique intégriste, antigay et islamophobe, accusé d’agressions sexuelles sur mineures et soutenu par Donald Trump. Un démocrate élu dans l’Alabama, un des États les plus conservateurs aux États-Unis, ce n’était pas arrivé depuis vingt-cinq ans ! Et encore, le dernier à se faire élire avait tourné casaque