La Cisjordanie, poubelle de l'Etat hébreu

Par

Selon un rapport de l’ONG israélienne B’Tselem, Israël a construit en Cisjordanie 15 installations de recyclage et de traitement de ses déchets industriels et médicaux dont l’activité met en péril la santé des habitants et nuit gravement à leurs ressources naturelles. Au mépris, là encore, du droit international.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’État d’Israël, qui occupe depuis 1967 le territoire palestinien de Cisjordanie, ne se contente pas d’y avoir transféré en un demi-siècle près de 700 000 de ses citoyens, en comptant les colonies de Jérusalem-Est. Plus discrètement, mais dans le même mépris du droit international et de la population locale, il a aussi transformé ce territoire occupé en décharge pour ses déchets domestiques et industriels. Surtout lorsqu’ils sont particulièrement dangereux, pour l’homme et pour l’environnement. C’est ce que révèle l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’Tselem dans un rapport daté de décembre 2017, « Made in Israël : exploiting palestinian land for treatment of israeli waste ». Disponible depuis plus d'un mois, ce rapport a eu assez peu d’échos en Israël comme à l’étranger. C’est d’autant plus surprenant que son contenu est explosif (on peut lire le texte intégral du rapport en anglais ici).