Tunisie: après le scandale des nourrissons morts, les médecins espèrent un changement

Par

Cela faisait des années que médecins et patients tunisiens dénonçaient la détérioration de la santé publique en Tunisie. Après le drame des 7 et 8 mars où onze nourrissons prématurés sont morts en 24 heures, la profession attend un réel changement. L’enquête sur les causes de la tragédie continue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.-  Il n’y aura pas d’autres résultats avant le 27 mars prochain. C’est ce qu’a annoncé le professeur Mohamed Douagi, médecin et président de la commission médicale qui travaille depuis le 10 mars sur les raisons qui ont mené à la mort de onze nourrissons prématurés dans le service de néonatalogie de Wassila Bourguiba dans le complexe hospitalier de la Rabta à Tunis.