À 19 ans, Réda Bekhaled ne se fait plus d’illusions. Les rapports de police le répertorient déjà comme « un membre de la mouvance islamiste radicale du Rhône ». Sa condamnation, par le tribunal pour enfants, à deux ans de prison ferme pour son implication dans le groupuscule aujourd’hui dissous Forsane Alizza lui interdit de franchir des frontières. Alors il veut « mourir plutôt que de rester ici » et envisage un attentat à la ceinture explosive, ambitionne de « faire pareil » que Mohamed Merah, « quelqu’un de bien », estime-t-il, selon les déclarations que fera sa sœur en garde à vue.