UE: un mercato bruxellois encore très incertain

Par

Le sommet qui s’ouvre ce jeudi à Bruxelles doit permettre aux 28 de s’entendre sur les noms des dirigeants des principales institutions de l’UE, pour les cinq années à venir. Au-delà des batailles de personnes, les favoris à la succession de Jean-Claude Juncker incarnent-ils des projets différents pour l’Europe ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), envoyé spécial.– À la manœuvre depuis fin mai, le Polonais Donald Tusk affichait mercredi 19 juin un « optimisme prudent ». Mais le sommet européen qu’il va présider à Bruxelles, à partir de jeudi après-midi, s’annonce périlleux. Au cours du dîner, les dirigeants des 28 se pencheront sur la répartition des postes à pourvoir, dès l’automne, pour les grandes institutions européennes.