En Tunisie, « la migration est devenue le seul horizon de la société »

Les traversées depuis les côtes tunisiennes vers l’Italie sont en constante augmentation depuis 2017. Le chercheur Hassen Boubakri, spécialiste des mouvements migratoires en Méditerranée centrale, revient sur le contexte qui pousse les exilés à fuir leur pays.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

14 000 migrants partis de Tunisie ont rallié l’Italie par la mer en 2020. L’année suivante, ils étaient 18 000 et cette année, la tendance à la hausse se confirme : rien que pour le mois de juillet, les Tunisiens représentaient 30 % des exilés qui ont traversé la Méditerranée centrale, soit 5 000 personnes. Une part « énorme », estime le chercheur Hassen Boubakri, professeur de géographie aux universités de Sousse et de Sfax et spécialiste des migrations. À ce nombre s’ajoute celui des migrants subsahariens qui tentent de gagner l’Europe depuis la Tunisie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal