Court métrage. Les révoltes de «Segtaab rap. Au pays des hommes intègres»

Par Mediapart & Belleville En Vues

La cinquième édition du Festival des nouveaux cinémas documentaires se tient jusqu'au 26 novembre. Mediapart s'y associe en diffusant plusieurs courts métrages. Aujourd'hui, rencontre en urgence avec des rappeurs africains, un film de l'artiste La Fleuj.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce documentaire réalisé par l'artiste La Fleuj prend racine lors de l’édition 2013 du festival Waga Hip Hop, à Ouagadougou, au Burkina Faso. Au moment du tournage, le Burkina était toujours présidé par Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans. Un an plus tard, en octobre 2014, il démissionnera, sous la pression et les manifestations du peuple. Dans ce film de 35 min, on croise Smockey, rappeur, producteur mais aussi co-fondateur du mouvement Le Balai citoyen qui a tenu un rôle important auprès de la jeunesse burkinabè. Mais aussi ZM (Zara Moussa) d'origine nigérienne, une des plus grandes rappeuses engagées d'Afrique de l'ouest. Tourné dans une certaine urgence, Segtaab rap fait parler les langues et les révoltes.