La Saxe, laboratoire de la scène radicale allemande

Par Prune Antoine

Le parti La Troisième Voie est solidement implanté dans ce Land d’ex-RDA, où la nébuleuse néonazie se déploie à grande vitesse en brouillant désormais les frontières entre populisme, extrémisme et terrorisme d’extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne).– On peut pardonner bien des choses à l’Allemagne : la discipline, le terme méprisant de Rabbenmutter (mère-corbeau), les Böller (pétards) la nuit du nouvel an. Mais la négligence dans le combat contre la violence d’extrême droite ? Un pays qui, entraîné par l’idéologie nationale-socialiste, a incendié la moitié de la planète et exterminé six millions de juifs se devrait de veiller au moins à une chose : que la pensée raciste ne puisse plus jamais prospérer sur son sol. Et qu’elle n’y fasse plus aucune victime.