Seychelles : les nouvelles autorités disent vouloir en finir avec la corruption et l’omerta

Un an après la première alternance démocratique de son histoire, la nouvelle politique à l’œuvre dans le plus petit pays d’Afrique rompt avec un demi-siècle d’opacité. Les enquêtes de la jeune commission anticorruption démarrent sur les chapeaux de roues tandis que les parlementaires devraient se pencher prochainement sur les livraisons d’armes aux génocidaires rwandais.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Bruxelles (Belgique).– « On cherche beaucoup d’argent et on a retrouvé beaucoup d’armes. On est très ambitieux », résume d’une traite Wavel Ramkalawan en traversant le patio du luxueux hôtel bruxellois où Mediapart le rencontrait à la mi-février. Son élection à la présidence de la République des Seychelles en octobre 2021 a mis fin à quarante-trois ans de règne sans partage du clan affairiste de feu l’ancien dictateur France-Albert René et de ses successeurs.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal