Syrie: un cessez-le-feu en attendant la négociation de paix?

Par

Réunis pour la première fois au Kazakhstan par la « troïka » Russie-Turquie-Iran, les représentants des rebelles et ceux du régime de Damas devraient s’entendre sur un cessez-le-feu consolidé et préparer la conférence de paix organisée par l’ONU dans deux semaines à Genève.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après plus de cinq ans de guerre, 310 000 morts et le déracinement de 12 millions de réfugiés ou déplacés – soit plus d’un Syrien sur deux –, des représentants du régime de Damas et de la rébellion vont se retrouver pour la première fois face à face, lundi, autour d’une table de négociations à l’hôtel Rixos d’Astana, capitale du Kazakhstan. Les deux délégations avaient déjà participé à Genève, en février 2016, à des pourparlers organisés par les Nations unies. Mais elles siégeaient dans des pièces différentes et des émissaires de l’ONU faisaient la navette entre les deux camps.