Sofia Djama: «L’Algérie n'a pas fait le deuil de ses morts»

Par

Éprouvé par une décennie de guerre civile, le septième art renaît depuis quelques années en Algérie sous l’impulsion d’une génération spontanée de réalisateurs. Entretien avec l’un des visages de cette jeune garde, Sofia Djama, réalisatrice du film Les Bienheureux

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’obsession migratoire en France est telle que les pays du Maghreb – Maroc, Algérie, Tunisie, cette Afrique du Nord que la France a voulu faire sienne au temps des colonies – seraient presque réduits à des problématiques de visas, de frontières, celle de la Méditerranée pour les naufragés de l’exil, celle du Sahel pour le terrorisme.