Le franc CFA, objet d’une réforme sous contrôle

Par

Emmanuel Macron et Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire, ont annoncé samedi 21 décembre, depuis Abidjan, une « réforme historique » du franc CFA d’Afrique de l’Ouest. Mais des économistes la critiquent déjà, estimant qu’elle est incomplète et en trompe-l’œil.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le déplacement de deux jours d’Emmanuel Macron en Côte d’Ivoire a pris tout son sens samedi 21 décembre au soir lorsqu’il a annoncé, avec son homologue Alassane Ouattara, une « réforme » du franc CFA, prenant par surprise les citoyens des 14 pays utilisant cette monnaie. Le sujet ne figurait pas sur le programme officiel de sa visite, consacrée à une rencontre à la base militaire française d’Abidjan, la signature de contrats et d’accords divers, la pose de la première pierre du « grand marché » de Bouaké (Centre), etc. Contrairement à leurs consœurs africaines, les grandes rédactions parisiennes avaient été cependant mises au courant à l’avance de ce que dirait le président français lors de sa conférence de presse avec Alassane Ouattara, et avaient donc compris que le franc CFA était le principal objet de sa venue en Côte d’Ivoire.