L’embargo contre l’Iran place l’Inde dans un profond embarras

Par

Menant depuis quatre ans une politique étrangère peu lisible, le gouvernement Modi craint pour ses achats de pétrole et pour ses investissements à Chabahar, le port iranien destiné à ouvrir un nouvel accès à l’Afghanistan et aux hydrocarbures d’Asie centrale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Narendra Modi s’en serait bien passé. Au moment où l’Inde entre en année électorale, le retour annoncé de l’embargo frappant l’Iran perturbe les plans du dirigeant nationaliste hindou, candidat à un second quinquennat à l’occasion des législatives qui se tiendront au printemps 2019. En annonçant le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015, Donald Trump a incidemment jeté une ombre sur la situation économique du sous-continent, bien que Delhi n’ait pas été signataire dudit accord.