Scandale Prism : l'Angleterre visée à son tour, Snowden vers l'Equateur

Par

De nouveaux documents révèlent l'existence d'un programme de surveillance à grande échelle en Angleterre, en collaboration avec la NSA. Aux États-Unis, Obama continue à défendre des programmes jugés nécessaires à la sécurité intérieure. À défaut de débat politique, le débat citoyen trouve sa place sur internet. Le lanceur d'alerte Edward Snowden a quitté Hong Kong.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Edward Snowden, l'informaticien à l'origine du scandale Prism aux États-Unis, cette vaste affaire d'écoutes illégales du web mondial par la National Security Agency (NSA) américaine, a quitté Hong Kong où il s'était réfugié depuis le 20 mai, pour une destination inconnue dimanche. Il a tout d'abord pris un vol à destination de Moscou, mais sa destination finale serait l'Équateur, qui indiquait lundi matin étudier cette demande. Le site internet Wikileaks avait affirmé plus tôt sur Twitter avoir « fourni une aide pour l'asile politique de M. Snowden dans un pays démocratique ».