Des associations attaquent devant le Conseil d'Etat le blocus de la frontière franco-italienne

Par

Quatre associations de défense de centaines de migrants contestent devant le Conseil d’État le blocus de fait des migrants à Vintimille. Elles ont déposé une requête en référé-liberté devant le juge des référés lundi 22 juin 2015.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quatre associations de défense des migrants contestent devant la justice le blocus par l’État français de centaines de migrants à la frontière franco-italienne, à Vintimille. Le Groupe d’information et de soutien aux immigrés (Gisti), la Cimade, l’association des avocats pour la défense des droits des étrangers (Adde) et l’association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé) ont déposé lundi 22 juin 2015 une requête en référé-liberté devant le Conseil d’État. Il s'agit d'une procédure d'urgence en cas d'atteinte à une liberté fondamentale, en l'occurrence au « droit de ne pas être discriminé en raison de son apparence physique et son origine nationale ou ethnique ».