Un collectif tente d’empêcher un cinquième mandat du président algérien

Par

En Algérie, le collectif Mouwatana, qui rassemble des politiques et la société civile, œuvre pour qu’Abdelaziz Bouteflika ne se représente pas à l’élection présidentielle de 2019. Un combat difficile. Entretien avec l’un des coordinateurs du mouvement, Soufiane Djilali, de passage à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 26 mai 2018, des militants politiques et des personnalités de la société civile appelaient dans une lettre ouverte le président algérien Abdelaziz Bouteflika à lâcher le pouvoir et à ne pas se représenter à l’élection présidentielle de 2019. « Nous vous interpellons en faveur de la seule et unique décision qui puisse ouvrir une ère nouvelle pour le pays, où l’intérêt général sera mis au-dessus de l’intérêt des hommes : votre renoncement au cinquième mandat ! […] Votre âge avancé et votre dramatique état de santé vous commandent de ne plus vous occuper des charges de l’État bien trop lourdes. À n’en pas douter, un autre mandat serait un calvaire pour vous et pour le pays. »