En Egypte, avec la jeunesse des «Frères», est-ce la fin de l'islam politique?

Par

Une partie de la jeunesse issue des Frères musulmans se détourne aujourd'hui d'une organisation qu'elle juge trop hiérarchisée, menée par une direction autiste, pour rêver d'une organisation musulmane et libérale, plus féministe, traitant séparément les questions politiques et religieuses. Est-ce une tendance de fond, ou le miroir déformant de jeunes issus de la classe moyenne supérieure? Enquête de notre envoyé spécial au Caire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial au Caire.