La gauche britannique est divisée face au Brexit

Par

David Cameron pensait remporter facilement le référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne. Aujourd'hui, à un mois du vote, rien n'est moins sûr. La clef du scrutin se trouve chez des électeurs de gauche divisés sur la question. Si Jeremy Corbyn s'est timidement prononcé pour le maintien dans l'UE, le débat reste extrêmement sensible.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Londres (Grande-Bretagne). - Jeremy Corbyn n’est pas un grand orateur ni un grand communicant. Le nouveau patron du parti travailliste britannique, le Labour, a souvent l’air emprunté lorsqu’il s’adresse à une foule ou à des caméras. Heureusement, il a pour lui la force de ses convictions de gauche et un parcours politique rectiligne. C'est la raison pour laquelle les militants l’ont propulsé, à la surprise générale, à la succession d’Ed Miliband après sa cuisante défaite face à David Cameron en 2015. Depuis, il n’a cessé d’essayer de conforter sa position auprès des élus d’un parti qui restent, pour leur grande majorité, sur la ligne centriste de Tony Blair et de Gordon Brown.