Un an après la mort de George Floyd, Minneapolis se reconstruit

Par

Ville tranquille du Midwest, berceau du chanteur Prince, Minneapolis a été secouée par le meurtre de George Floyd le 25 mai 2020. Un an plus tard, elle se bat contre ses contradictions, celles d’une ville à la fois progressiste et raciste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Minneapolis (États-Unis).– Gilbert Kamafa contemple une pelouse quadrillée de 100 « pierres tombales » blanches en carton, au cœur d’un quartier paisible du sud de Minneapolis. Eric Garner, Breonna Taylor, Emmett Till et bien sûr George Floyd : chacune porte le nom d’une victime de violences policières, avec la date de sa mort, son âge et l’inscription « Rest in power » (« Repose en force »).