Affaire Salma al-Shehab : l’Arabie saoudite traite les militantes féministes « pire que des terroristes »

Pour son activité sur Twitter, la doctorante saoudienne a été condamnée à 34 ans de prison le 9 août, après avoir enduré violences et harcèlement en détention. Pour les associations de droits humains qui appellent à sa libération, la répression s’est renforcée depuis quelques semaines.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Trente-quatre ans. C’est l’âge de Salma al-Shehab. Et c’est aussi la durée de la peine de prison à laquelle elle a été condamnée le 9 août en Arabie saoudite, son pays natal. Doctorante à l’université de Leeds au Royaume-Uni, elle s’est également vu infliger par le tribunal pénal spécial antiterroriste le même nombre d’années d’interdiction de voyager à compter de sa libération, et ce, pour son activité sur Twitter.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal