En Espagne, un film donne la parole aux perdants de la désindustrialisation

Par

Dans un documentaire d'une éblouissante maîtrise, Luis López Carrasco revient sur un épisode oublié des luttes espagnoles, lorsque des ouvriers de Carthagène mirent le feu en 1992 à leur parlement régional. À moins que ce ne soit en 2020 ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Enfant dans les années 1980, il avait l’habitude de se rendre à Carthagène, un port industriel du Sud-Est espagnol, pour voir ses grands-parents paternels. « Pour le tournage du film, j’ai retrouvé des rues que j’avais arpentées petit. Mes souvenirs d’enfance, heureux, sont alors entrés en contradiction avec la tristesse et la douleur des gens que j’interrogeais », raconte Luis López Carrasco, né en 1981 à Murcie, la capitale de la région, à une cinquantaine de kilomètres de là.