Carlos Ghosn ou la faillite de la gouvernance à la française

Par

Carlos Ghosn était au sommet. Quatre jours après son arrestation à Tokyo,  il n’est plus rien. Aidée par les responsables de Nissan, très empressés à reprendre le pouvoir, la justice japonaise met peu à peu en lumière les graves dérives de l’ancien dirigeant de Renault-Nissan. Alors que les signaux d’alerte étaient nombreux, le conseil d’administration n’a rien fait pour arrêter le dirigeant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il était au sommet. Il n’est plus rien. Quatre jours après avoir été arrêté sur le tarmac de l’aéroport de Tokyo, Carlos Ghosn a été rayé de chez Nissan. Un conseil du groupe automobile japonais, réuni dans l’urgence jeudi 22 novembre, a décidé à l’unanimité de démettre son président de toutes ses fonctions. Son bras droit, l’américain Greg Kelly, lui aussi arrêté, a été également démis de toutes ses fonctions au sein de Nissan. Le groupe est désormais placé sous la seule responsabilité de Hiroto Saikawa, jusqu’alors numéro deux de Nissan.