Famine: «Au Soudan du Sud, 40% de la population est touchée»

Par

« Il s’agit du plus haut niveau d’insécurité alimentaire depuis l’indépendance du Soudan du Sud », constate George Fominyen, porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), de retour de mission sur le terrain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au Soudan du Sud, très riche en pétrole et indépendant depuis 2011, l’état de famine a été déclaré en février. C’est la dernière phase, dite de catastrophe, de la classification IPC (Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire). La guerre civile, qui déchire depuis 2013 le pays – dont seulement 4 % des terres arables sont exploitées – et a donné naissance à de nombreux groupes armés, est la principale cause de ce désastre, explique George Fominyen, porte-parole à Juba du Programme alimentaire mondial (PAM), l’agence des Nations unies la plus impliquée pour tenter de secourir les populations en difficultés.

Pourquoi la situation semble-elle plus grave que les années précédentes ?