Concessions portuaires en Afrique: Bolloré mis en examen pour corruption

Par

Vincent Bolloré  a été mis en examen le 25 avril pour corruption d’agent public étranger, complicité d’abus de confiance et faux et usage de faux. En cause : les conditions d’attribution des concessions portuaires à Lomé (Togo) et Conakry (Guinée) et l’utilisation de sa filiale Havas dans les campagnes électorales des responsables africains.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu’alors, Vincent Bolloré semblait intouchable. Il ne l’est plus tout à fait. Mercredi 25 avril, l’homme d’affaires a été mis en examen pour corruption d’agent public étranger, complicité d’abus de confiance et faux et usage de faux par les juges Serge Tournaire et Aude Buresi. Il n’a pas été placé sous contrôle judiciaire. L'hommes d'affaires avait été mis en garde en vue la veille, ainsi que plusieurs des cadres du groupe, dans le cadre d’une information judiciaire portant notamment sur les conditions d’attribution de concession de deux ports, l’un à Lomé (Togo), l’autre à Conakry (Guinée) en 2009 et 2010.